Point d’étape sur la directive MiFID II et le report de son entrée en vigueur avec Matt Gibbs, Responsable de l’Offre Asset Management chez Linedata

Plus de 150 experts de la finance et de l’informatique se sont réunis à Londres à l’occasion du Linedata Exchange Europe 2016 pour discuter du degré de préparation de l’industrie à l’entrée en vigueur de MiFID II en 2018.

Matt Gibbs, Responsable de l’Offre Asset Management chez Linedata, fait un point sur la directive MiFID II et le report de son entrée en vigueur. Il souligne que ce dernier ne doit pas empêcher les sociétés de tout mettre en œuvre pour conserver leur position dominante sur le marché.

Le report accordé à la mise en œuvre de MiFID II a été accueilli comme une bonne nouvelle. Mais la date limite de transposition de la directive dans les législations nationales est restée fixée au mois de juillet 2016. Si les entreprises ont sans nul doute pris les mesures nécessaires pour se conformer aux dispositions de la réglementation, leur aptitude à se démarquer de la concurrence suscite davantage d’interrogations.

La directive MiFID II impose la mise en place de dispositifs plus sophistiqués de suivi et de reporting.

Les sociétés ont certes pris des initiatives dans ce sens en réalisant une revue trimestrielle portant sur les courtiers ou les transactions hors normes et en publiant des rapports d’exécution des ordres s’appuyant sur des indices pertinents (analyses des facteurs dits de « best exécution » / revues des frais de transaction), mais ces efforts ne vont pas assez loin. Les sociétés devraient proposer un suivi quotidien de ces courtiers et transactions hors normes, accompagné de rapports d’analyse sur les valeurs extrêmes. Outre ces rapports, il faut également mettre en place un reporting des transactions traitées par les différentes plateformes d’exécution et inclure les résultats des analyses dans les politiques d’exécution.

Quelles actions ont déjà été engagées?

Les sociétés ont engagé des actions pour mesurer, réduire leurs coûts et analyser les facteurs d’exécution des transactions. Des systèmes vérifiant « la meilleure exécution » et l’analyse des coûts ont été mis en place afin de calculer les frais relatifs aux ordres initiaux et les facteurs influant sur le prix. Le coût et de la rapidité d’exécution sont dorénavant inclus dans les rapports sous forme d’indicateurs synthétiques.

Quelles actions sont à mener dans les prochains mois?

Néanmoins, les sociétés doivent maintenant passer à la vitesse supérieure et vérifier que leurs stratégies d’exécution respectent leurs objectifs d’investissement ; ces stratégies doivent être contrôlées régulièrement, à mesure que les facteurs de prix, de coût et de vitesse d’exécution sont intégrés dans le reporting et les analyses comparatives des coûts.

Concernant le Royaume-Uni, bien que le récent vote en faveur de la sortie de l’Union Européenne semble autoriser les régulateurs britanniques à adopter la stratégie de leur choix pour appliquer le principe de transparence des marchés préconisé par le G20 en 2009, et même si les entreprises aux Royaume Uni peuvent voir dans le Brexit un échappatoire, les contraintes suivantes subsisteront :

  • Tous les instruments financiers européens devront être conformes à la directive MiFID II
  • Tous les produits dérivés adossés à un sous-jacent européen devront respecter MiFID II
  • Sur les marchés de gré à gré, des dispositions réglementaires quelles qu’elles soient devront s’appliquer

MiFID II vise à promouvoir la transparence et à communiquer, tant aux clients qu’aux autorités de tutelle, les informations qui leur sont nécessaires. Le périmètre de responsabilité des sociétés s’élargissant, il est essentiel pour celles-ci de pouvoir dresser un état des lieux précis de leurs processus de meilleure exécution et de leur capacité à évaluer correctement les processus des tiers avec qui elles collaborent. Les entreprises qui devanceront leurs pairs seront celles qui se montreront capables d’engager ces actions efficacement et à moindre coût, tout en continuant de faire face aux volumes, avec toute la profondeur requise.

Télécharger le PDF

En savoir plus sur Linedata Longview, Linedata Global Hedge et MiFID II