Automobile : vers une nécessaire centralisation des flux de financement

Les filiales de financement captives des constructeurs automobiles sont face à de nouveaux défis : bouleversement des modes de consommation, multiplication des flux financiers, mise en place de nouveaux services à valeur ajoutée…

  • Comment rationaliser ces besoins de financement et transformer ces contraintes en opportunités ?
  • Comment créer de nouveaux leviers commerciaux et marketing ?
  • Comment l’outil progiciel intégré peut-il accompagner ces transitions ?

Par Pascal Martinez, Directeur Commercial, Financement automobile, Linedata

Pascal Martinez

A condition qu’ils soient intégrés, les outils de financement retail et wholesale utilisés par les sociétés financières captives participent pleinement à la stratégie commerciale des constructeurs

Les temps changent pour les filiales de financement captives des constructeurs automobiles. Jusqu’à présent, celles-ci sont habituées à faire cohabiter deux types d’outils informatiques. D’un côté, elles équipent leurs concessionnaires, jouant alors le rôle d’apporteur, pour proposer des financements individuels aux clients finaux (financement retail) sous forme de crédit et de leasing. D’un autre côté, elles s’équipent d’un ou plusieurs outils informatiques de gestion du financement des concessionnaires (financement wholesale). Ces derniers comprennent bien sûr le financement unitaire du stock des véhicules neufs et d’occasion (Floor Plan), mais peuvent également prendre la forme variée de prêts à moyen terme, accordés pour financer les investissements des distributeurs (travaux, agrandissements…), le financement des pièces de rechange (factoring), les contrats de leasing pour les voitures de fonction, des prêts immobiliers…

En comptant le commissionnement des apporteurs et les subventions reçues des constructeurs lors d’opérations promotionnelles, le nombre de flux financiers échangés entre une financière captive et son réseau est en constante augmentation. Cette tendance continuera sans doute à prendre de l’ampleur dans les prochaines années avec l’avènement des nouveaux modes de consommation comme le paiement à l’acte, les services de mobilité ou la montée en puissance programmée des véhicules électriques qui entrainera une complexification de la combinatoire entre le financement des voitures et la location des batteries.

En résumé, les circuits de financement de la chaîne de distribution automobile ont atteint une complexité inédite pour les constructeurs et leurs filiales captives qui se posent maintenant en véritable banquier des concessionnaires. Certaines vont aujourd’hui jusqu’à prendre en charge des flux directs entre le constructeur et son réseau, sans rapport avec un financement, prenant alors la fonction d’une véritable gestionnaire de compte courant.

Rationalisation des besoins de financement de la chaîne de distribution

Cette variété des flux est certes une contrainte, pour les industriels, les captives et les réseaux de distribution mais elle peut aussi devenir une opportunité, à condition que l’intégralité des problématiques de financement et de gestion de flux soit adressée globalement et conçue autour de suites progicielles intégrées combinant les circuits retail et wholesale et de gestion de compte.

Quel est l’intérêt ? En réalité, un outil progiciel intégré répond à trois nécessités.

[...]

 Lire la suite