Solvabilité 2 et Gestion d’actifs : quels modèles opérationnels ?

Par Benoît Colin et François Pradel, Linedata

Au milieu du gué

CouvertureSolvaII

Téléchargez l’intégralité du livre blanc Solvabilité II

Alors que documents de consultations de l’EIOPA (European Insurance and Occupational Pensions Authority) et positions de place des régulateurs locaux précisent très progressivement les modalités de mise en oeuvre de la réforme, la sensation de la plupart des acteurs impliqués dans des projets Solvabilité II est que nous sommes arrivés au milieu du gué : bien que de nombreuses précisions soient encore attendues sur le plan réglementaire et malgré les incertitudes pesant sur le calendrier d’entrée en vigueur de la réforme, la mise en place des processus et outils associés à Solvabilité II s’effectue pas à pas, et des modèles opérationnels émergent progressivement dans tous les domaines.

Les premiers travaux des sociétés d’assurance et mutuelles ont porté, d’une part sur la mise en place des processus et instances de gouvernance, audit interne et gestion des risques (Pilier II) et d’autre part, sur la conception de prototypes de calcul des fonds propres réglementaires minimaux et réglementaires (Pilier I) dans le cadre des études d’impact quantitatives QIS, reposant le plus souvent sur l’utilisation d’hypothèses simplifiées et de prototypes de calcul rudimentaires.
Ces simulations ont permis de mettre en évidence, non seulement le coût en fonds propres lié à l’investissement dans les différentes classes d’actifs, mais plus encore la volatilité des fonds propres réglementaires induite par le choix de l’horizon d’un an pour la mesure du risque à couvrir, délai particulièrement court compte tenu du caractère long terme de l’activité d’assurance.
Ces différents travaux convergent progressivement vers la mise en oeuvre de démarches, processus et organisations transversales, de type « Enterprise Risk management », englobant la mesure et le pilotage actif des risques, et plus généralement la gestion de bilan des établissements.

Cette évolution devrait conduire à un renforcement de l’intégration de la gestion des investissements dans la chaîne de valeur de l’entreprise, qui passe par une reformulation du dialogue entre investisseurs et gestionnaires d’actifs.

En pratique, elle devrait déboucher également sur une révision générale des systèmes d’information, et générer des besoins nouveaux à plusieurs niveaux : mesure du risque et simulations bien sûr, mais également allocation d’actifs et gestion de portefeuilles, l’ensemble de ces besoins générant à son tour des besoins conséquents en données de
référence et données de marché.
Les sociétés de gestion accompagnent cette évolution en intégrant des fonctions d’optimisation du coût en fonds propres des investissements dans leur approche rendement risque. Solvabilité II constitue pour elles une opportunité de renouveler leur offre de conseil en allocation d’actifs, gestion assurantielle et reporting client, dans le sens d’une plus grande adéquation à des besoins par nature spécifiques.

(…)

Au sommaire

- Solvabilité II accroît la volatilité des fonds propres réglementaires

- Une culture du risque à diffuser

- L’approche ORSA met la gestion du risque au service de la stratégie

- Pilier III : un dialogue avec les autorités de tutelle rénové

- De nouvelles relations entre les assureurs et les asset managers

- Transparisation des OPCVM : quels flux d’information entre assureurs et sociétés de gestion ?

- Synthèse : principaux domaines d’impact de Solvabilité II sur les systèmes d’information

- Conclusion

Téléchargez l’intégralité du livre blanc Solvabilité II

 

Linedata annonce la mise à disposition de son offre Solvency II compliant pour les investisseurs institutionnels